Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/alternc/c/cvivreen/public_html/config/ecran_securite.php on line 245
LA JOURNEE DE LA FEMME - Couleur quartier

Accueil du site > Couleurs d’antan > Cultures et traditions > LA JOURNEE DE LA FEMME

LA JOURNEE DE LA FEMME

JPEG - 12.6 ko
Traduction du carton par Mohamed

Pas de journée de la femme pendant plusieurs années à Kerourien. Puis, certaines ont souhaité renouer avec la tradition en 2002. Zohra, Aziza faisaient partie du groupe organisateur.

Je me souviens de l’ambiance festive mais cependant laborieuse régnant dans la cuisine du centre social les jours précédant la fête. Une vraie ruche ! Deux jours non-stop aux fourneaux ! Et des gâteaux à profusion !

Une fois cuits et refroidis, les gâteaux étaient empilés sur des plateaux ronds, puis recouverts de linges blancs et rangés au frais, à l’abri de tout.

Qu’y avait-il comme pâtisseries ? Des gâteaux à la semoule et à la noix de coco, aux amandes, à la pistache, si je me souviens bien. Et à la confiture, j’oubliais la confiture ! Bref,il y en en avait pour tous les goûts.

Et le matin de la fête, les femmes s’occupaient de la décoration de la salle : nappes, tapis, pétales de fleurs, fleurs et bâtons d’encens, etc..

JPEG - 11.8 ko
Carton d’invitation

L’après-midi, que la fête commence. Elles arrivaient, revêtues pour l’occasion de leur tenues traditionnelles aux couleurs châtoyantes. Les invitées aussi, venues de quartiers voisins, s’étaient parées de leurs djellabas colorées. Et puis, il y avait d’autres invitées plus officielles, quelques femmes connues ou reconnues dans la ville.

Place à la musique et à la danse orientale avec des danseuses du groupe SALAMA. Plusieurs femmes ont dansé, un foulard autour des hanches. On a même entendu quelques youyous. Entre temps, le service a commencé : une assiette de petits gâteaux à chacune, le tout accompagné d’un thé à la menthe ou d’un café.

Les dames du club 3ème âge, présentes au centre ce jour-là, sont passées vers 16 heures et chacune est repartie avec sa petite assiette au club où les attendaient les hommes qui, eux, n’étaient pas invités. C’était la journée de la femme, tout de même !

Nous n’étions plus à Kerourien mais, au Maroc ou en Algérie. Dépaysement total pour certaines mais retour aux sources pour d’autres.

Pour l’instant, les nouvelles générations n’ont pas repris la suite à Kerourien ; sans doute s’investissent-elles différemment dans la vie du quartier ? Et peut-être certaines femmes changent-elles de rive pour fêter la journée du 8 mars à Pontanézen.

Commenter

modération à priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d'abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.